autrice associée

Pour l’édition 2019, nous questionnons les mythes persistants. Le dispositif initié la saison passée, consistant à commander un texte à un.e auteur.e, sorte de grand témoin des festivités, est reconduit cette année avec :

Sandrine Roche

Portrait de Sandrine ROCHE, auteure, metteure en scène, à Rennes, le 15/12/15. Séance photo à l’atelier de Catherine Duverger, Artiste Plasticienne. Photos © Caroline Ablain

Autrice, comédienne et metteuse en scène, Sandrine Roche, née à Saint-Etienne a étudié les sciences politiques avant de devenir chargée de production. Elle s’installe à Bruxelles en 1998 et intègre l’école de théâtre Lassaad, à l’issue de laquelle elle devient comédienne.
En 2001, le metteur en scène Barthélémy Bompard lui commande le texte Itinéraire sans fond(s) (bourse Beaumarchais) qu’il crée en 2003 à la Scène nationale d’Annecy et dans lequel elle joue. C’est ainsi qu’elle commence à écrire pour le théâtre, tout en continuant à jouer. Elle cofonde en 2003 le collectif La Coopérative des Circonstances, qui investit trois espaces du Parc de la Villette, à Paris, puis les galeries souterraines de Tour & Taxis à Bruxelles. Elle collabore aux mises en scène bruxelloises d’Amanda Kibble (Ratoon compagnie) et Christophe Morisset (compagnie du Cuivre) ; rencontre le compositeur Rodolphe Minuit avec qui elle crée Rosa, trio à trois, en tant qu’autrice, interprète et trompettiste.

En 2005, elle reçoit la bourse découverte du Centre national du livre pour Reducto absurdum de toute expérience humaine (premier volet de la trilogie Ma langue !), puis l’aide à la création du Centre national du théâtre en 2007 pour Carne. Pièce à mâcher lentement, premier opus du diptyque La Permanence des choses. Essai sur l’inquiétude, qu’elle met en scène en 2009. Le second opus, Yèk, mes trois têtes, est diffusé fin 2014 par France Culture dans une réalisation de Cédric Aussir.

En 2010, elle s’installe à Rennes où elle commence une série d’ateliers de création avec des enfants au Théâtre du Cercle à Rennes, qui donneront naissance au texte Neuf petites filles. Push & pull, lauréat des Journées de Lyon des auteurs de théâtre et publié aux éditions Théâtrales en 2011, créé en 2014 par Philippe Labaune (à la Mousson d’été et auNouveau Théâtre du 8e) et Stanislas Nordey (au TNB et au Théâtre de la Ville), puis au Danemark, en Italie, au Brésil et en Corée.

Elle termine en 2012 l’écriture d’Un silence idéal, deuxième volet de la trilogie Ma langue!, puis, à la demande du marionnettiste Luc Laporte, de Ravie, une adaptation de La Chèvre de Monsieur Seguin d’Alphonse Daudet, publiée aux éditions Théâtrales dans la collection « Théâtrales Jeunesse » en 2014. S’ensuivent Des cow-boys, Mon rouge aux joues. Variations chromatiques sur le Petit Chaperon Rouge et Feutrine, dernier volet de la trilogie Ma langue !, terminés tous trois en résidence à La Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon – Centre national des écritures du spectacle.

En 2015, à l’occasion de la création brésilienne de Neuf petites filles, elle est invitée à écrire en résidence à Rio de Janeiro par le consulat de France au Brésil. Elle coécrit avec Marc-Antoine Cyr, Philippe Gauthier, Sylvain Levey et Catherine Verlaguet le feuilleton théâtral Dilun commandé par TrèsTôt Théâtre à Quimper, en collaboration avec l’Orchestre symphonique de Bretagne (création 2016, Opéra de Rennes).

En 2015-2016, elle est l’un des trois auteurs (avec Philippe Malone et Stéphanie Marchais) à participer au dispositif « Partir en écriture » initié par le Théâtre de la Tête Noire à Saran. Elle écrit Je/Manifeste. Essai sur la motte à la suite de son voyage en Islande.

Elle cosigne avec Marion Aubert le livret de H to H, opéra contemporain sur les figures de Nina Hagen et Michel Houellebecq, représenté en juillet 2016 dans le cadre des Rencontres d’été de La Chartreuse.
Elle a terminé fin 2016 La Gesticulation des vivants. Petites tragédies dansées pour La Caravane Compagnie (création 2018). Elle écrit Love, love, love… pour le recueil Divers-cités (éditions Théâtrales, 2016), et travaille actuellement à l’adaptation opératique pour le jeune public du Livre de la jungle de Rudyard Kipling en collaboration avec le compositeur Jean-Christophe Friedlander et le metteur en scène Stéphane Guignard (création 2019). Elle mène depuis 2016 des stages, ateliers et rencontres avec de jeunes enfants et des adolescents pour le projet d’écriture et de plateau Croizades (création 2020). Elle continue à mener en 2017 plusieurs projets d’écritures dans le cadre du cycle de travail SAXIFRAGE, qu’elle a commencé en 2015 : Croisades (Jozef & Zelda), pièce jeune public ; La Vie Dés Bord(e)s, en collaboration avec le groupe Nina Fisher, et Le Relief, projet romanesque.

Sandrine Roche a créé en 2008 l’association Perspective Nevski*, avec laquelle elle réalise un travail de plateau autour de son écriture .

Son écriture s’inspire du jazz. Libre et instinctive, elle cherche à faire vibrer l’espace et les corps.