mercredi 30 juin

SIESTE SONORE #2

à 17h30, village du festival, durée 20 minutes

Diffusion radiophonique de la deuxième partie de la pièce d’Anette Gillard, Vives, fortes, ensemble, autour de la caravane du festival. Venez vous installer sur un transat et découvrir ce texte.

TRADUIT DU SILENCE

Vivi Knuchel et Émilie Kohler (Strasbourg)

création, performance sonore, lecture

à 18h et 22h30, village du festival, durée 35 minutes

RÉSERVER

Kok!Nüu! vous invite à rencontrer le poète Joë Bousquet dans un étrange salon.  La guerre l’a condamné d’une balle dans le dos. Que faire de notre vie quand il ne reste d’elle plus qu’une tête et ses spectateurs ? Joë Bousquet rêve et écrit. Il trouve dans la mémoire une source féconde. Mais il n’est pas seul. La Femme aux visages est là pour l’aider à s’endormir et forcer le réveil. Les corps de Kok! et Nüu! se li(s)ent et se transforment au gré des sons pour donner la parole aux choses qui ne se disent pas. 

adaptation libre de l’œuvre de l’écrivain et poète Joë Bousquet

jeu – Joël Bousquet, Émilie Kohler

SKOLSTREJK (LA GRÈVE SCOLAIRE)

La Manufacture – CDN (Nancy)

petite forme, théâtre

à 18h30, AT8, atrium, durée 50 minutes, à partir de 14 ans

RÉSERVER

C’est grâce à Louise, lycéenne et personnage central de la pièce, que nous prenons conscience de la situation environnementale. Un soir, en naviguant sur le net, elle se trouve fascinée par une vidéo de Greta Thunberg. En poussant plus loin ses recherches, elle apprend que l’extraction des énergies fossiles est en grande partie responsable du réchauffement climatique. C’est avec elle, et grâce à sa volonté de s’informer sur le net, que nous nommons notre période anthropocène, et que nous nous souvenons des principales conséquences de ce réchauffement climatique… Son angoisse monte et avec elle une question urgente : que puis-je faire, moi ? Elle repense à la militante suédoise et décide, dès le lendemain, de faire grève scolaire. Nous la suivrons dans sa lutte, nous rencontrons sa mère et son père – agriculteur conventionnel puis un militant, ses professeurs, ses amis. Elle réussira à initier un mouvement collectif, une révolution internationale en prenant un pseudonyme : Freewelt. Elle sera suivie au sein de son lycée et bien plus encore… jusqu’à son arrestation par un CRS, alors qu’elle prône l’immobilité.

jeu – Morgan Deman, Sébastien Poirot

mise en scène – Julia Vidit

texte – Guillaume Cayet

partenaires – la DRAC Grand Est, le  Lycée Chopin de Nancy, Le Trident, Scène Nationale de Cherbourg

LA VÉRITÉ

La Mythique Compagnie (Montluçon)

conférence gesticulée

à 19h30 et 21h30, magic mirror, village du festival, durée 1h

RÉSERVER

Pourquoi croyons-nous que l’eau du robinet est potable ? Que la théorie de l’évolution n’est pas qu’une hypothèse, et que le jour succèdera à la nuit ? Qu’est-ce que la vérité, et qu’est-ce qui la fonde ? Dans le monde – pure construction sociale – pourquoi est-ce que je crois en ce que je crois ?

Aujourd’hui les dites fake-news sont partout, les pseudo-sciences pullulent, les croyances vont bon train. Mais nous-mêmes, avec toute notre culture scientifique et nos sensations d’être au bon endroit vis-à-vis du vrai et du faux, pouvons très facilement être empli·e·s de biais et de croyances. Il y a quelques outils à connaître pour éviter de se tromper, de se confondre dans de faux arguments, de se faire manipuler !

Marie Rousselle, journaliste spécialisée en théorie des complots et en zététique (science du doute), a travaillé en partenariat avec Romain Nicolas pour vous présenter cette conférence théâtralisée, ludique, comique et déroutante.

dramaturgie – Romain Nicolas

jeu et mise en scène – Marie Rousselle-Olivier

regard extérieur – Lisa Torres

création vidéo, lumière et son – Guilhem Barral 

construction scénographique – Max Lecanu 

soutien administratif – Fabien Granier 

avec à l’image – Nathalie Rouselle 

avec la voix de – Valérie Schwarcz 

partenaires – Théâtre des Îlets – Centre Dramatique National de Montluçon, la région Auvergne-Rhône-Alpes, le Théâtre de la Reine Blanche – Paris, le Collège Emile Guillaumin – Cosne d’Allier et le Lycée Paul Constans – Montluçon.

AU BORD

Compagnie Ungender (Paris)

spectacle, théâtre

à 19h30 et 21h30, salle évolution, le portique, durée 1h15, à partir de 14 ans

RÉSERVER

En avril 2004, des photographies montrant des soldats américains humiliant et torturant des prisonniers irakiens dans la prison d’Abou Ghraib paraissent dans les journaux du monde entier. Une photographie en particulier arrête l’auteure : celle d’une femme soldate tenant en laisse un prisonnier couché sur le flanc, nu, au sol.

Claudine Galea punaise alors cette image au-dessus de sa table de travail. Elle tente d’écrire l’innommable, l’horreur. Après des mois et trente-neuf brouillons d’écritures, elle écrit la quarantième version de Au Bord, à partir d’un vers de Dominique Fourcade « Je suis cette laisse en vérité ». Ce texte nous plonge dans une traversée vertigineuse : de la première sidération face à cette photographie à l’enfantement de nouvelles images féminines.

texte – Claudine Galéa

mise en scène – Ophélie Ségala

collaboration artistique – Jacques Ernst

lumière – Corentin Nagler

Costumes – Louna Billa

jeu – Camille Bagland et Martina Nuzzi

soutien – FSDIE de la Sorbonne Nouvelle

FOSA

Barbara Boisier et Léo Bertrand (Strasbourg)

concert, électro-pop

à 20h30, village du festival, durée 45 minutes

Dans un univers sonore empli de lenteur et de spleen, Fosa joue avec ses références. La mélancolie du trip hop, la douceur de la pop et le beat puissant de la trap construisent une atmosphère qui leur est propre. La voix fragile et feutrée plane au-dessus, ponctuée par une guitare cristalline. Fosa vous calme et vous libère, comme une lumière au milieu de l’obscurité.