vendredi 3 juin

SORTIR DE LA NUIT

Compagnie Médusée (Caen)

Marlon, Lila et Selim vivent au cœur d’une forêt mystérieuse, plongée dans une nuit sans fin. 
Max, un jeune homme traumatisé, arrive au cœur de cette communauté queer. Il comprend que Lila, Selim et Marlon sont des survivant·e·s de thérapies de conversions. Des thérapies qui ont voulu les « guérir » de leur homosexualité. Max retrouve peu à peu la mémoire : il est l’un des leurs. 
Quelques jours après son arrivée, une inquiétante découverte fait voler le groupe en éclats et fait remonter les fantômes du passé. 

texte et mise en voix Thibaut Galis
jeu Victoria Chéné, Maé Durand, Matéo Saule, en cours
collaboratrice artistique Fanny Bultel

théâtre, mise en espace
à partir de 16 ans

vendredi 03.06 à 18h00
>> magic mirror, village du festival
>> 1h

SEULEMENT

Compagnie Nouvelle (Villeurbanne)

Seulement propose de chavirer entre divers états de solitude pour questionner l’individualité et l’identité. Seul.es ou accompagné.es, dans un espace vide ou habité. Les deux interprètes explorent et traversent des sensations intimes amenant à des états de bonheur ou de néant solitaires à travers une danse proposant un jeu théâtral. L’abandon, la perte, le surplus. Le besoin de vide ou de foule. Le mélange du « je » et du « nous ». Seulement jongle, creuse et décortique des solitudes dans un voyage artistique.

chorégraphie Léna Ng 
assistanat et direction d’acteurice Louna Richard
interprétation Jihun Kim et Léna Ng
scénographie Jeanne Berger 
composition et régie son Martin Paris 
création lumière et régie Margaux Richard 

soutiens Fondation INSA Lyon et l’Art-Scène. 
avec la complicité de KompleX KapharnaüM et la Cie 39-39
accueil en résidence Le Moulin Battant, CSC Le Grand B, la Cie Gioco Cosî, Section Danse-Études INSA Lyon, KompleX KapharnaüM, Rêve de Foin, La Rotonde CGR, l’Etabli Collectif Petit Travers et CCNR Rilleux-La-Pape

danse
à partir de 7 ans

vendredi 03.06 à 19h00
>> salle évolution
>> 45 minutes

LE JEU DE L’AMOUR ET DU PLACARD

Maé Durand (Paris)

C’est l’histoire d’une histoire d’amour tirée d’une histoire vraie née en licence d’Histoire. Deux personnes se rencontrent dans les couloirs de la fac, deux personnes deviennent amies, deux personnes s’entendent bien et deux personnes tombent amoureuses. 

Tout se passe bien, c’est magnifique deux personnes qui s’aiment, fin de l’histoire. Seulement, il y a les autres. Leurs yeux, leurs mots, leurs croyances. Et elles auraient pu finir heureuses avec beaucoup d’enfants si on n’était pas venu les briser. 
Plongez dans cette fable du 21e siècle qui reprend l’innocence de Peter Pan et Wendy version LGBT et le ridicule du Capitaine Crochet pour peindre l’hypocrisie d’une aristocratie étouffée par l’entre soi et les préjugés. 

conception, texte et jeu Maé Durand 

performance
à partir de 10 ans

vendredi 03.06 à 20h, 21h00 et 21h15
>> container, village du festival
>> 15 minutes

VIVES, FORTES, ENSEMBLE

Anette Gillard et Cécile Mourier (Strasbourg)

Pour l’amour des femmes, toutes les femmes et celleux qui ont vécu.e.s la féminité et ses injonctions. Parce qu’il est inévitable que la masculinité se déconstruise, se disloque et se transforme. Pour une révolte féministe et pour les enfants qui naîtront, un jour, sans assignation : il est temps de laisser le monde basculer. Dans ce court poème dramatique, l’idée est d’imaginer un monde qui se serait débarrassé des hommes, sans crier gare et sans faire de distinction : une fatalité, un rejet. Reste les femmes, reste leur force et leur vivacité, leur solidarité.

texte Anette Gillard
mise en voix Cécile Mourier
jeu Cécile Mourier et Camille Girard

lecture, théâtre

vendredi 03.06 à 20h30
>> magic mirror, village du festival
>> 40 minutes

KALIKA 
(Paris)

Affirmative et combattante, la voix de KALIKA fait l’effet d’un coup de poing dans un gant de velours. Bam ! Ses paroles crues racontent les histoires d’amour et de sexe tumultueuses d’une jeune féministe de 22 ans. Tirant son surnom de Sara-la-Kali, sainte vénérée par la communauté des Gitans de Sainte-Marie-de-la-Mer comme de Kali, déesse indienne de la destruction et de la reconstruction, cette Catherine Ringer des temps modernes tape de la voix, le regard crépitant de rage mais le sourire barrant son doux visage. LATCHO DROM, qui veut dire « bonne route » est le titre de son premier EP. Vraie révélation scène de ces derniers mois, elle le défendra sur les routes en 2022 et est à l’affiche de nombreux festivals dont Le Printemps de Bourges, Les Francofolies de la Rochelle, Art Rock…

KALIKA, chant Mia Rosselo
guitare et machines Balthazar Picard

concert

vendredi 03.06 à 21h30
>> village du festival
>> 1h

K1000
(Barcelone)

Ayant la volonté de mettre les rappeuses à l’honneur, K1000 se passionne pour le DJing. Attaché.e à son histoire et à ses valeurs, iel se consacre majoritairement au hip-hop old school. 
Iel nous propose de revenir aux origines de ce genre musical avec la funk et le disco que K1000 affectionne particulièrement.

dj set
funk et disco

vendredi 03.06 à 23h00
>> magic mirror, village du festival
>> 1h